Les voitures électriques connaissent plus d’accidents que les thermiques, pour une raison évidente

par Sam

Alors que le marché de la voiture électrique est en faible expansion, les sociétés d’assurances se sont penchés sur les nombres d’accidents que leurs clients ont connu dans une telle mouture. Car effectivement, plus d’accidents ont lieu en voiture électrique qu’en voiture thermique. La raison de cette donnée est somme toute logique, puisque c’est un avantage que l’on retrouve dans la voiture électrique qui est condamné. La disponibilité de son couple.

Car en effet, dans cette étude d’AXA Suisse, dès lors qu’il s’agit d’une voiture haut de gamme (Jaguar E-Pace, Tesla Model S/3/X…), on obtient 40% d’accidents en plus comparés à leurs frères thermiques. Les accidents avec des voitures citadines électriques sont plus rares (10% de plus). C’est donc la première catégorie qui est la plus concernée par cette conclusion.

Les voitures présent comme avantage la disponibilité du couple dès le départ. Ainsi, la voiture a du répondant lorsqu’on frôle à peine la pédale d’accélération. Les utilisateurs de la voiture électrique ne prennent pas en considération que les voitures électriques ne se conduisent pas comme les voitures thermiques. D’une part, parce qu’ils n’ont jamais eu de couple disponible aussi tôt, mais surtout parce que ce couple est élevé.

Effectivement, les voitures électriques haut de gamme ont de grosses batteries. Ces batteries délivrent la puissance de leur capacité. Et souvent, comme elles sont grosses, elles peuvent ainsi délivrer souvent plus de 300 chevaux, voire même au-de là 400 chevaux. Au niveau du thermique, ce sont les sportives qui atteignent ce niveau.

Une puissance égale aux supercars

Le client moyen sous-estime la puissance de la voiture électrique, pensant qu’elle réagira comme l’équivalent thermique. S’en suit alors des accélérations très franches et parfois non contrôlés. La pédale d’accélération est très sensible quand on possède une voiture de 300 chevaux avec un couple disponible de suite. La voiture réagit aussitôt la pédale appuyé.

Les clients qui sont passés à la voiture électrique ne sont pas habitués, et ont un accident. Cela peut être pire si une personne possède à la fois une électrique et une thermique. Il suffit qu’il se trompe et l’accident est de mise. Conduire une voiture électrique de 470 chevaux, c’est comme conduire une super car. La pédale d’accélération est trop sensible, et il faut le garder en tête.

L’étude met en lumière d’autres problèmes concernant la voiture électrique que les usagers ne prennent pas en compte. Par exemple, le démarrage silencieux, qui sera contré en France, avec l’obligation d’un bruit émis en-dessous de 20km/h. Les piétons peuvent ne pas entendre la voiture arriver et cela peut être fatal. De plus, les voitures électriques contiennent trop de technologie embarqué, que ses clients utilisent même en pleine conduite. Enfin, l’auto-pilot est pointé du doigt, parce que les clients se reposent trop dessus alors qu’elle n’est pas encore au point.

Les résultats de cette étude ne sont pas si étonnants que ça, mais avec cette preuve écrite, AXA et les autres assurances pourraient décider d’augmenter les cotisations des possesseurs de véhicule électrique haut de gamme. C’est la conséquence la plus probable de cette étude, parce que je vois mal les constructeurs débrider la vitesse ou arrêter de proposer autant de technologie embarqué parce qu’une étude d’AXA a dit que ça peut provoquer des accidents. Aux conducteurs de faire attention aussi, et aux vendeurs de s’assurer que le client sache ce qu’il achète.

Cela peut également t'intéresser

Écris un commentaire

* En utilisant ce formulaire, tu es d'accord avec le stockage et le traitement de tes données par ce site.