Accueil Analyse La Peugeot 309, la compacte qui a décalé toutes les autres Peugeot commençant en 3

La Peugeot 309, la compacte qui a décalé toutes les autres Peugeot commençant en 3

par Sam

Une interrogation est souvent posée sur la table quand on s’intéresse aux berlines compactes de Peugeot. Notamment lorsqu’on cherche un modèle d’occasion. On constate, en effet, un décalage au niveau du numéro attribué aux séries. Par exemple, pendant qu’on a la Peugeot 206, 406, on a déjà une Peugeot 307. De plus, quand on passe à la Peugeot 107, 207, 407, là encore la berline compacte sera décalé, puisqu’on aura une Peugeot 308.

D’ailleurs, la 308 a duré très longtemps, parce que la première du nom date de la fin des années 2000 tout de même. En 2021, on aura la troisième génération de la 308, alors que pour les autres modèles, ce sera la seconde génération. Comment ça se fait que les berlines compactes commençant en 3 sont toujours en avance, comparé aux autres modèles ? C’est assez étonnant de voir, au premier abord, une Peugeot 307 qui a le style de la série 6, ou encore la 308 qui a le même style que la série 7.

On va répondre à cette interrogation. Pour cela, il faut parler de la Peugeot 309, parce que tout part de là.

Une histoire qui débute loin

Pour cela, il faut revenir carrément dans les années 70. Il faut savoir que ce décalage de numérotation part très loin. A l’époque, le groupe PSA existait déjà et était composé de Peugeot, Citroën et Chrysler (qui, depuis, a fusionné avec Fiat dans le cadre du groupe FCA). PSA avait également racheté la marque Simca, toujours à la fin des années 70. A l’époque, cette marque était bien présente dans l’esprit des gens en Europe. Surtout en France et en Italie, les deux pays d’origine de la marque. Parallèlement à ça, PSA possédait les droits de la marque Talbot, connu également en Grande Bretagne. Cette marque avait une grande histoire en France, mais s’est éteinte depuis 1954.

Cependant, PSA a pris une décision considérée comme une erreur de gestion. Elle aurait pu être fatal à l’entreprise. Oui, à ce point ! Parce qu’au lieu de conserver Simca, qui a disparu en 1980; ils ont décidé de relancer Talbot-Lago. Les gens étaient en effet habitués à Simca, et beaucoup moins à Talbot. Il fallait donc relancer un plan marketing beaucoup plus coûteux que s’ils se contentaient d’utiliser Simca.

En effet, les gens avaient perdu l’habitude de la marque Talbot, son relancement fut alors un échec cuisant. La seule exception, et encore, c’est la Samba qui avait marché mais ce n’était pas suffisant pour en sortir un bilan global positif. PSA a mis cinq à six ans avant d’abandonner Talbot. Avec cet arrêt, le projet de lancer la Talbot Arizona tombe également à l’eau.

L’origine de la Peugeot 309

La Peugeot 309, qui était en gros une 205 avec un coffre à l’arrière, devait être à l’origine la Talbot Arizona. Mais suite à l’arrêt de la marque Talbot, PSA a du prendre une décision radicale. Cette Talbot Arizona qui devait sortir la même année fut convertie à la dernière minute en une Peugeot, parce que PSA ne savait pas quoi faire de ce modèle. Et comme ils ne savaient pas quel nom lui accorder, ils se sont dit que la 309 irait parfaitement.

Puisqu’ils sont encore dans la série des 5, lui mettre un 9 permettait de s’assurer d’avoir quelques séries d’avance. Ils étaient très loin de la série 9. Ce n’était pas le seul nom auquel ils avaient en tête. Ils hésitaient entre la 206, la 300 voire même… la 308. Le problème, c’est qu’ils n’avaient pas anticipé le fait que lui accorder un 9 à la fin allait perturber la suite dans les années 2010. Il faut dire que c’était très loin. Parallèlement à ça, on considérait que la suite de la Peugeot 304, c’est la 405. Même si la Peugeot 305 a effectivement existé jusqu’en 1989.

Le problème commençait à leur faire face en 2013, lors du remplacement de la Peugeot 308 I. En effet, la logique aurait été qu’elle s’appelle Peugeot 309. Ils ont préféré s’arrêter à la série 8, parce que la 309 et la potentielle série 9 aurait fait référence à une voiture ancienne désormais : La Peugeot 309, qui a pris un coup de vieux. De plus, la fameuse histoire avec Talbot aurait refait surface. Déjà que PSA galérait à cette époque pour se relancer, avoir en plus une ancienne histoire qui ne leur rend pas hommage aurait été de trop.

Plus loin que la série 8, c’est possible ?

De plus, même s’ils avaient décidé de l’appeler 309, on aurait eu le même problème au final. Puisque la 3ème génération de la 308 à venir se serait appelé la 309 II. En effet, Peugeot veut toujours avoir un zéro au milieu. Autrefois, ça symbolisait un trou où l’on mettait la manivelle pour démarrer les premières Peugeot. Quant aux chiffres de gauche et de droite; on revient encore au même trou. Les chiffres en question était écrits respectivement à gauche pour le 2 et à droite pour le 1 du 201, notamment. Cela fait partie de l’histoire de Peugeot. Cela explique pourquoi ce serait normalement improbable de passer à la 210, la 211 etc…

Peut-être qu’un jour Peugeot passera à la série 9, quand par exemple l’ensemble de ses modèles seront électriques. Ce serait une manière de symboliser le neuf, qui ferait référence à l’électrique. Pour le moment, rien n’est prévu à ce sujet. En tout cas, impossible d’avoir de Peugeot 310, 311 et ainsi de suite car il aurait fallu s’arrêter à la 309, de toute façon. Peugeot aime bien la série 8, de toute manière. Car tourné à 90° sur la gauche, il représente le logo infini ∞, qui signifie que Peugeot ne compte jamais s’arrêter.

Le zéro au milieu, toute une histoire

On peut souligner que PSA n’a pas déposé les nombres sans zéro au milieu. On revient à l’histoire de Porsche, qui voulait appeler sa 911 la Porsche 901 au départ, mais PSA a pensé à déposer tous les nombres ayant un zéro au milieu. Porsche a du donc se contenter de la 911, que PSA n’a pas déposé.

On peut aussi prendre rapidement l’exemple de la berline routière de Peugeot, la 605. Elle a eu tellement de problème de fiabilité que PSA a décidé de sauter la série 6 pour ce modèle. Passant directement à la Peugeot 607. Mais celle-ci s’est arrêté en même temps que la 407, les deux voitures ayant laissé place à la Peugeot 508 qui se place entre les deux modèles.

Voilà pour l’explication des berlines compactes qui ne suivaient jamais la chronologie des autres modèles. Si ce genre d’article explicative t’intéresse, fais-le moi savoir, je pourrai faire de même avec d’autres sujets similaires.

Cela peut également t'intéresser

Écris un commentaire

* En utilisant ce formulaire, tu es d'accord avec le stockage et le traitement de tes données par ce site.