Accueil Analyse Quelles sont les projets sportifs de PSA prévus dans les années à venir ?

Quelles sont les projets sportifs de PSA prévus dans les années à venir ?

par Sam

Pendant longtemps, Peugeot proposait des modèles sportives de certaines voitures. On se rappelle tous de la 205 GTi qui a su faire sa place, au point même de devenir une voiture culte dans son domaine. Beaucoup de passionnées veulent en avoir une. Récemment, on peut aussi acquérir une 208 GTi, l’ancienne génération bien sûr. Ou encore la 308 GTi que l’on peut encore acheter… Au prix de 39 100€.

Oui, parce qu’il faut savoir qu’à l’origine, les clients qui étaient attirés par ces modèles y voyaient l’occasion d’avoir une voiture sportive abordable. Aujourd’hui, c’est moins le cas, mais on peut trouver des 208 GTi d’occasion aux environs de 10 000€. Mais les modèles sportives deviennent de plus en plus cher, au fil du temps. De plus, ce qui plaît dans ces modèles, c’est la sonorité du moteur thermique.

Tout cela risque de changer au fil des années. Ici, on va s’intéresser aux projets sportifs du groupe PSA, parce que des annonces ont été dévoilées en ce sens. Cela concerne l’avenir du secteur Peugeot Sport, puisqu’ils devront composer avec les normes environnementales. PSA voulant à tout prix éviter de payer un malus et d’en faire payer à ses clients, on aura donc des voitures sportives électriques, ou hybride rechargeable tout au mieux. Cela dépend du véhicule concerné.

On va s’intéresser à Peugeot, mais aussi à DS Automobiles qui compte également muscler ses véhicules en ce sens.

Ce qui est prévu chez DS

D’ailleurs, on va s’intéresser à DS en premier lieu, parce que la marque n’a pas autant de modèles sportives que sa collègue sochalienne. Tout d’abord, il faut savoir qu’il existe une gamme de véhicules sportifs chez DS, elle se nomme Performance. On a connu la DS3 Performance qui possédait un moteur thermique essence de 208 chevaux.

Désormais, on aura une DS3 Crossback Performance qui aura un moteur électrique développant 200 chevaux. Le couple sera alors de mise pour des accélérations incroyables, mais clairement, ce n’est pas une voiture sur laquelle il faudra compter pour rouler très vite. Tu pourras, mais il faudra la recharger très souvent dans ce cas.

De plus, la DS7 Crossback aura également le droit à sa version Performance. Cette fois, il s’agira d’une hybride rechargeable puisque la DS7 Crossback, basée sur la 3008, existe déjà sous une telle motorisation. Pour ce faire, elle utilisera le moteur de la future Peugeot 508 PSE dont on parlera tout à l’heure, qui est composé d’un bloc PHEV cumulant 360 chevaux au total. Elle se trouverait alors au sein de la DS7 Crossback Performance. Une version de 300 chevaux existe déjà, par ailleurs, mais tout comme la 3008 hybride rechargeable de même puissance, cette version n’est pas labellisée Performance.

Ce qui est prévu chez Peugeot

On vient d’en parler, et c’est d’ailleurs sur ça que je vais commencer. La dénomination GTi sera à mettre de côté, pour laisser place à la dénomination PSE. Pour Peugeot Sport Engineered. Cette dénomination veut faire comprendre que les modèles sportives à venir de la marque au lion seront soit électrique, soit hybride rechargeable. Celle qui inaugurera l’ère PSE sera la nouvelle 508. Elle sera la première à sortir, avec un bloc PHEV cumulant 360 chevaux au total. C’est moins que la version du concept qui était de 400 chevaux, mais au pire, ceux qui les veulent vraiment iront reprogrammer le moteur.

Prévu de base pour 2020, elle sortira finalement début 2021. On parle d’un tarif de 70 000€ environ, ce qui est un peu moins que l’Audi A4 et ce sachant qu’il n’y a pas de malus à payer pour la 508 PSE. On comprend alors pourquoi Peugeot mise sur ce type de motorisation. Si l’on peut éviter de payer 12 500€ de plus que prévu, c’est pas si mal que ça. De plus, si elle accélère comme dans la vidéo ci-dessous, c’est tout bon ! Une carrosserie break est également prévue.

Mais Peugeot ne s’arrête pas là, puisqu’en gros, tous ses modèles auront une variante sportive. On aura donc la e-208 PSE, la e-2008 PSE qui auront des moteurs électriques comme pour la DS3 Crossback Performance. On peut imaginer une puissance de 200 chevaux, en fonction du poids du véhicule. Sachant qu’un moteur à l’arrière serait ajouté en plus du moteur électrique avant développant 136 chevaux. On peut imaginer des tarifs avoisinant les 50 000€.

Ensuite, au niveau de la voiture hybride rechargeable, on aura la 3008 qui pourrait obtenir le même bloc moteur que la 508 PSE qui développera 360 chevaux au total. On peut imaginer l’arrivée d’une 308 survitaminé avec la prochaine génération attendue en 2021. Sinon, tous les modèles sportives de PSA devraient sortir entre 2021 et 2022.

Seule incertitude, la Peugeot 1008 – dont on ne sait même pas si le projet se concrétisera officiellement; n’aura peut-être pas de version sportive. Enfin, et comme on s’y attendait puisque ce n’est pas le but de la marque, aucune variante sportive chez Citroën ne sera prévue.

En conclusion

Beaucoup de projets sportives sont donc attendues au sein de ce groupe. Maintenant, on peut se demander si passer au tout électrique est une bonne décision. Parce que le problème d’un modèle électrique, c’est sa décote. Et elle n’a pas lieu pour rien. Contrairement à un moteur thermique qui perd quelques chevaux au fil des années, pour une électrique, c’est sa puissance qu’elle perd au fil du temps. Et par sa puissance, il faut comprendre l’autonomie.

On se doute bien que l’autonomie de ce type de véhicule ne dépassera pas les 400 kilomètres. Ensuite, plus tu roules vite, plus l’autonomie descend de manière crescendo. Une voiture sportive électrique peut nous permettre d’avoir du plaisir, mais pourquoi on n’irait pas chez Tesla par exemple qui propose plus de 400 chevaux sur ses modèles ? Ou encore pareil chez la Jaguar ?

Le problème de ces voitures sportives, c’est que leur puissance est la même que chez leur variante thermique. Mais les voitures électriques qui sont développés dépassent souvent les 300 chevaux. En effet, le nombre de chevaux est corrélé, tout comme l’autonomie de la voiture, à la taille de la batterie. Plus elle est grosse, plus les chevaux seront élevés, puisque le but est que l’autonomie le soit aussi. Le jour où on aura 800 kilomètres d’autonomie, on aurait donc l’équivalent d’une supercar en puissance ? Pas forcément, car la puissance délivrée peut être bridée. Mais ça reste possible, oui.

En tout cas, développer beaucoup d’électriques sportives est un pari risqué, et seul le temps nous dira d’une part quels seront les projets qui seront réellement développées et d’autre part si l’on pourra en tirer autant de plaisir qu’avec la variante GTi. Ce qui m’étonnerait, personnellement. Le plaisir de la conduite sportive sera présent mais différemment, en tout cas. En tout cas, le plaisir de conduire sera différent avec l’électrique. On aura des sensations apportés différentes.

Cela peut également t'intéresser

Écris un commentaire

* En utilisant ce formulaire, tu es d'accord avec le stockage et le traitement de tes données par ce site.