Accueil Analyse Le partenariat entre Mercedes et Renault : Quelles Mercedes sont concernés ?

Le partenariat entre Mercedes et Renault : Quelles Mercedes sont concernés ?

par Sam

Après s’être intéressé au succès fulgurant de la Mercedes Classe A depuis 2012, on va voir de plus près le partenariat entre Mercedes et Renault. Car elle existe depuis la création de la Classe A, comme on l’avait vu. Actuellement, ce partenariat est toujours d’actualité, mais du côté de Daimler, il se pourrait qu’un terme y soit mis d’ici quelques années.

La raison évoquée ? Ce serait pour faire des économies d’échelle. Ce qui est assez étonnant, car le partenariat avait justement pour objectif de réaliser des économies d’échelle. Pourquoi ce retournement de situation ? Probablement que le downsizing n’est pas innocent à cette décision. Si Daimler sait produire des petits moteurs, inutile de poursuivre le partenariat avec Renault.

Il faut dire que lorsqu’une marque avec une image aussi prestigieuse auprès des clients s’allie avec Renault, qui est une marque généraliste; on peut se poser des questions. Mais au final, l’image de Mercedes n’a pas pris un coup. Il faut savoir que les moteurs Renault sont très bons. Les problèmes de fiabilité de la marque ne sont pas dus aux moteurs directement, sauf quelques exceptions.

Il n’y a eu que le moteur 1,2 TCE qui a eu un soucis, celui d’avaler de l’huile et de provoquer une casse moteur si le problème n’était pas résolue. Quelques véhicules Mercedes étaient concernés. Mais le problème cachait en réalité des préconisations concernant le niveau d’huile, qui n’étaient pas respectées chez certaines concessions Renault. Si, chez Mercedes, les préconisations ont été suivies, il n’y a pas eu de soucis de casse à priori.

Dans quelles Mercedes trouve t-on les moteurs Renault ?

Dans cet article, on va ainsi voir quelles sont les véhicules Mercedes qui possèdent des moteurs Renault. Il faut savoir qu’actuellement, les moteurs TCE sont co-développés par les deux entités. Pour ce qui est du moteur diesel, le dCi est 100% Renault. Mercedes est passé par le constructeur français pour les petits moteurs, car ce n’était pas leur fort. Ils ont testé les moteurs Renault et en ont été satisfaits.

Pour commencer, il faut se renseigner sur la nomenclature de Mercedes. Le chiffre qui suit la lettre de la classe donne un indice de l’origine du moteur. Actuellement, on retrouve un moteur Renault jusqu’à la dénomination « 200 », que ce soit essence ou diesel. Avant 2016 à 2018 (selon la date de renouvellement du modèle), les moteurs Renault allaient jusqu’à la dénomination « 180 ». Concernant les moteurs TCE, les Mercedes Classe A, la quatre portes CLA ainsi que le monospace Classe B en sont équipés. Quant au moteur 1,5 dCi, on les retrouvera chez les mêmes modèles, en plus du SUV GLA. Ensuite, la Mercedes Classe C, la berline familiale de Daimler, est aussi équipé de moteur diesel Renault depuis 2014. C’est le 1,6 dCi qui est concerné.

Ensuite, le partenariat concerne également les utilitaires de Mercedes. Il faut comprendre que les utilitaires n’ont pas pour but premier d’être premium, mais seulement d’être des utilitaires. On retrouve ainsi le même moteur 1,6 dCi dans le fourgon Vito. Elle est, cette fois, accompagnée de la transmission Renault. On retrouve aussi le moteur 2,3 dCi (160 ou 190 chevaux) dans la Mercedes Classe X, le pick-up de la marque à l’étoile. Elle est d’ailleurs issue de la Nissan Navara. La Mercedes Citan est une Kangoo recarrossée.

Et ce n’est pas tout !

Enfin, les Smart faisaient parti du partenariat. Renault produit majoritairement les Smart, de même que pour la Twingo. Cette dernière est donc de conception française, même si elle est construite dans une usine slovène, comme pour les Smart 2 et 4 places. De plus, Renault livre les moteurs et transmissions manuelles. Mais cela sera fini l’année prochaine, puisque la Smart sera 100% électrique dès 2020.

Il faut aussi savoir qu’en 2008, Mercedes avait commandé des moteurs chez Fiat. La raison ? Ils étaient en retard sur les normes Euro 4 de l’époque. On a ainsi retrouvé plus de 800 000 moteurs d’origine FCA dans certaines Mercedes. Le temps que le groupe se mette aux normes, avec ses propres moteurs.

Une Renault sur base de Classe E ?

Il faut savoir que, pour l’anecdote, Carlos Tavares alors directeur de Renault à l’époque, hésitait à produire du haut de gamme chez Renault. Il songeait à utiliser comme base la Mercedes Classe E, et ainsi proposer la remplaçante de la Lattitude sur base de Mercedes. Avec donc le moteur de même origine. Mais le projet a été abandonné, parce que Renault ne se voyait pas jouer dans la cour du haut de gamme.

Puis, on aurait pu imaginer que Mercedes aurait tout simplement refusé, arguant que le partenariat n’avait pas pour but d’inverser les rôles. Parce que la question que l’on peut se poser, ce sont les termes du partenariat. Est-ce que Renault pouvait, à son tour, utiliser les moteurs Mercedes où cela n’était pas inclut dans le termes du partenariat ?

Pour l’histoire concernant cette Renault haut de gamme avorté, Mercedes aurait accepté de donner la plateforme de la Classe E de 2013, forcément obsolète une fois le modèle de Renault sorti. Mais finalement, le projet a été abandonné car Renault avait déjà du mal à vendre sa Laguna. Donc un modèle a plus de 50 000€, encore moins.

On retrouve par ailleurs, au sein de la gamme Infiniti – le haut de gamme Nissan; du Mercedes. Par exemple, l’Infiniti Q30S est une Classe A rebadgée. En effet, les deux véhicules ont en commun le châssis, le moteur et la boîte de vitesse, ainsi que certains mobiliers. Et ce n’est pas la seule Infiniti concernée, mais tu as saisi l’idée. D’ailleurs, il est conseillé à ceux qui possèdent des voitures Infiniti de les amener en concession Mercedes pour l’entretien, une fois que la marque aura quitté l’Europe.

En conclusion

On peut alors constater que Renault a bien envahi le dessous des capots des Mercedes. Surtout les premières lettres. Après, la Classe A, qui vise les jeunes, et la Classe B, qui vise les familles; ont toujours voulu être accessibles, bien sûr au niveau de Mercedes. Ce qui est étonnant, c’est que l’on trouve également des moteurs Renault sous le capot de la Classe C. Cette information est moins connue. En même temps, il y en a moins que chez les deux autres modèles.

En tout cas, si le partenariat venait à rompre, cela signifiera que Mercedes développerait lui-même ses moteurs de puissance plus faible. Avec l’expérience de Renault auquel ils ont pu accéder au fil du partenariat, c’est possible désormais. De plus, avec la mode du downsizing, ils seront obligés de produire de plus petits moteurs s’ils veulent suivre cette tendance (risible). S’ils se reposent sur le partenariat, toutes les Classe A/CLA/B/GLA seront de moteur Renault, à part les variantes AMG.

Via Challenges

Cela peut également t'intéresser

Écris un commentaire

* En utilisant ce formulaire, tu es d'accord avec le stockage et le traitement de tes données par ce site.