Accueil Analyse Pourquoi la Nissan Pulsar, la berline compacte, a été un échec cuisant ?

Pourquoi la Nissan Pulsar, la berline compacte, a été un échec cuisant ?

par Sam

On peut le croire ou non, mais il se trouve que les berlines compactes commencent depuis peu à se relever. Il fut une époque où elles ont galéré. Ça coïncidait avec l’arrivée des SUV. Ca explique pourquoi la C4 a été remplacée par une variante SUV (jusqu’à ce que la seconde C4 Cactus fasse son apparition), l’arrêt de la DS4 (bon, aussi parce qu’elle a le même intérieur que la C4 alors qu’elle est plus cher). Certaines marques ont tenté de riposter, comme par exemple Renault avec sa Mégane qui monte en gamme en offrant le même intérieur qu’une Talisman. Tout ça pour dire que les berlines compactes avaient du mal quand elles n’avaient pas une génération précédente qui a eu du succès. Quand il s’agissait de lancer une berline compacte en 2014, il y avait intérêt à proposer une alternative intéressante. Et c’est ce que n’a pas fait Nissan quand elle a lancé la Pulsar.

La Nissan Pulsar succède à l’Almera, sauf que cette dernière s’est arrêté en 2006. Il a fallu attendre 2015 pour voir sa succession assurée. En termes de prix, il fallait dépenser à partir de 21 590€ pour s’en offrir une. Déjà là, c’était un peu plus cher que la concurrence. Même une Golf commençait plus bas. Les puissances n’étaient pas du tout varié. Elles allaient entre 110 et… 115 chevaux, selon si tu prenais respectivement un diesel ou une essence, associé à une boîte manuelle à 6 rapports. Une Pulsar Nismo de 190 chevaux étaient dans les clous, mais comme la berline compacte fut arrêté en 2018, ce projet sportif fut abandonné.

Les SVU ont eu raison de la Pulsar

La Nissan Pulsar fut arrêté en 2018 parce que ce qui marchait chez Nissan, ce sont les SUV, notamment les Qashqai et les Juke. Même la Micra, elle marche, mais c’est pas fameux. Ainsi, quand ils ont lancé leur berline compacte, l’échec était là. On peut constater que Nissan ne fonctionne que par les SUV. Par exemple, ils ne vendent pas de berline familiale en Europe.

Résultat de recherche d'images pour "intérieur pulsar"

L’intérieur de la Nissan Pulsar est austère. Il est simpliste au possible, en retard stylistique et technologique. Quand on voit la Peugeot 308 à côté (la génération actuelle était sortie en 2014), et même la Renault Mégane 4 qui arbore l’intérieur de la Talisman, la Nissan Pulsar a du mal à rivaliser. En soit, il s’agit du même intérieur que la Qashqai, qui était tout aussi daté. Mais dans ce cas présent, ça n’avait pas l’air de déranger.

Ca, plus les puissances limités à 110 ou 115 chevaux, les problèmes de fiabilité que Nissan connaît (on critique Renault, mais Nissan c’est largement pire). On associe ça à une marque qui n’a plus de personnalité depuis que Renault l’a racheté, et on obtient la Nissan Pulsar. Une berline compacte de trop, qui ne marquera pas les esprits. Pourtant, elle n’est pas moche d’extérieur… Quoi que, l’avant n’est pas terrible tout de même.

Une Micra K14 qui marche sur les plate-bandes de la Micra ?

De plus, depuis la dernière génération de la Nissan Micra K14 en 2017 (qui est une Clio rebadgé), la Nissan Pulsar était d’autant plus de trop. Déjà, l’intérieur était largement mieux, comme quoi avec de la volonté :

Il est mieux agencé, plus coloré et paraît moins daté. Ensuite, même si la Micra est une citadine, elle a une longueur de 3995 mm, contre 4 387 mm pour la Pulsar. Une petite différence qui ne change pas grand chose au final. Si ce n’est un coffre plus petit, certes. Sinon, les puissances vont de 71 à 117 chevaux, ce qui laisse plus de choix. En diesel, on n’a que 90 chevaux.

En conclusion

Bref, le changement de la Nissan Micra remettait en question l’existence de la Pulsar, qui en prend un coup. De plus, les ventes n’ont jamais réellement décollé pour cette dernière. Nissan a donc laissé tombé l’aventure en 2018. La Nissan Pulsar devrait prendre de la décote dans les années à venir et devenir un bon plan… Pour peu qu’elle ne tombe pas en panne facilement.

En attendant, les berlines compactes vont être massivement renouvelés en 2020, et en 2021 la C4 et la DS4 vont revenir. La Skoda Scala fut lancé également. Peut-être que Nissan proposera une troisième berline compacte d’ici là ? J’en doute fort personnellement.

Nissan peut tout de même se consoler car la Nissan Leaf, la compacte électrique, fonctionne très bien, au contraire. C’est peut-être possible qu’elle ait aussi accentué l’échec de la Pulsar. Deux compactes (même si elles n’avaient pas la même énergie fossile) ne pouvait pas cohabiter ensemble au sein d’une même marque.

Cela peut également t'intéresser

Écris un commentaire

* En utilisant ce formulaire, tu es d'accord avec le stockage et le traitement de tes données par ce site.