Accueil Analyse Les SUV électriques, ou le summum du ridicule

Les SUV électriques, ou le summum du ridicule

par Sam

Il faut déjà faire avec les normes européennes qui imposent aux constructeurs de proposer des véhicules électriques. Celles qui ont soi-disant plus de 30 000 pré-commandes en quelques jours. Les livraisons commenceront cette année, pour la simple raison que c’est dès cette année que les émissions de C02 à ne pas dépasser par groupe seront de 95 grammes. Et la vente d’un modèle électrique compte double jusqu’en 2021, donc c’est l’occasion ou jamais.

La voiture électrique en tant que telle n’est pas une mauvaise idée. C’est le fait de l’utiliser comme solution anti-pollution qui devient ridicule. Le seul but, c’est de faire vendre des voitures, et c’est sur que si l’on reste sur les motorisations thermiques classiques, autant garder la voiture qu’on a depuis 2011, alors.

C’est en ce sens que les voitures électriques sont mises en avant. Elles coûtent plus cher, donc l’état gagnera plus en TVA, par conséquent. Et même si le prix baissera au fil des années, on aura quand même des citadines électriques à 25 000€ (au lieu de 15 000€ minimum, actuellement). Après tout, si les clients sont prêts à payer le prix fort, pourquoi s’en priver ?

Si encore les voitures électriques se cantonnaient à des citadines et quelques compactes, je veux bien. Mais depuis presqu’un an, on n’arrête pas de voir pulluler des SUV électriques. Le comble, parce qu’un SUV sera forcément plus lourd qu’une citadine. Si en plus, tu lui ajoutes des batteries lourdes au niveau du plancher, on ne s’en sort pas. Le pire, c’est que cette proposition de SUV électrique a commencé avec quelques marques généralistes. Mais c’est surtout les constructeurs chinois qui s’y sont mis.

En effet, chaque fois qu’une marque se lance dans le marché de l’électrique, elle commence systématiquement par un SUV. Alors que la logique voudrait qu’elle devrait commencer avec une citadine. Les marques chinois sont légions à ce niveau. Ce sont des marques dont on n’a jamais entendu parler, dont on ne sait même pas d’où elles sortent et dont, personnellement, je doute de leur fiabilité. Quand on sait que, déjà, à l’époque, les Ssangyong (marque sud-coréenne, certes) avaient tendance à rouiller au niveau du chassis passé quelques années, t’as compris à quoi tu avais affaire déjà.

Je n’ai pas confiance aux marques chinoises. On ne parle pas de « chinoiserie » pour rien. Après tout, quand on veut acheter quelque chose qui est cher chez la concurrence mais qu’on souhaite avoir l’équivalent pour pas cher, on prend chinois. Quand on commande sur AliExpress ou Wish, on commande pas cher et ça vient systématiquement de Chine. Alors quand on commence à parler de SUV électrique chinois, laissez-moi douter. Je sais que les chinois ont des partenariats avec les constructeurs européennes (pour que ces derniers puissent vendre en Chine). Cela leur a permis d’apprendre comment construire, gérer les voitures.

Alors je suis désolé, mais quand je vois que des marques style « Lynk&Co », « Airways » proposent des voitures électriques, des SUVs qui plus est, je souligne le caractère ridicule de la chose. Déjà que cette technologie est sensible à l’heure actuelle, qui te dit que, personnellement, je me dirigerai vers ces marques ?

Un SUV électrique, ou l’hérésie du moment

Surtout qu’il est certain que la personne qui va quand même en acheter un va connaître une décote monstrueuse. Bien ton SUV « Lynk&Co » qui coûtera 4000€ sur Le Bon Coin d’ici quelques années ? Alors que cette marque est le fruit d’une joint venture avec Volvo. Et que ce dernier voulant se spécialiser sur les motorisations électriques, va probablement les partager avec Lynk&Co. Mais dans les faits, cette dernière marque n’a pas d’histoire, de plus value. Donc sauf si elle est extrêmement fiable à 100% (plus que Toyota, donc), sa décote risque d’arriver. Elle fera le bonheur des secondes mains, mais pas de la première main, qui aura perdu plus de 5 chiffres dans l’opération.

J’ai choisi un parti pris en parlant des constructeurs chinois qui se lancent comme des petits pains sur le marché de l’électrique, et toujours avec un SUV s’il te plait. Mais ce ne sont pas les seuls à le faire. On a bien Audi avec son bide E-Tron, Mercedes qui lance un EQC qui a réussi l’exploit d’être un bide encore plus gros, même dans son propre pays. J’aurais pu parler de DS avec sa DS3 Crossback E-Tense, mais en même temps, ils ne proposent que des SUV dans leur catalogue, donc bon…

Quand tu veux une voiture électrique, tu veux une citadine ou une compacte. Voire même une berline, mais surtout pas un SUV. Il faut d’abord lancer les types de carrosserie dont j’ai parlé, avant de lancer un SUV. Apparemment, ça marche chez certains constructeurs (Kia, Hyundai) mais pas chez tous. A moins de proposer un SUV électrique avec 800 km d’autonomie réel, mais dans ce cas, faudra allonger 100 000€ alors que l’équivalent en thermique ne coûterait « que » 30 000€. Quoi qu’il en soit, le combo SUV – Electrique – Chine est tout ce qui caractérise l’anti-passion par excellence.

Cela peut également t'intéresser

Écris un commentaire

* En utilisant ce formulaire, tu es d'accord avec le stockage et le traitement de tes données par ce site.